L’EIRL, un statut simple et gratuit

Dans le cas de la création d’une entreprise, il est judicieux de connaître les différents statuts juridiques disponibles et lequel est le plus adapté à l’activité future. Chaque statut possède ses propres caractéristiques, si une personne décide de créer sa société sans associé, le statut de l’entreprise individuelle est recommandé et offre des atouts majeurs pour le fondateur mais présente également quelques limites.

Qu’est-ce que l’EIRL

Le statut de l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée peut être obtenu de manière relativement simple et gratuitement. En effet, il suffit de remplir une déclaration d’affectation afin de créer l’EIRL. Les procédures administratives de création sont généralement gratuites et peuvent être réalisées sur internet à moins que l’entrepreneur ne soit déjà immatriculé. Un compte bancaire professionnel au nom de l’entreprise doit aussi être ouvert. Le régime de l’EIRL est souvent adressé aux entrepreneurs individuels dans le but de limiter leur responsabilité à travers la constitution d’un patrimoine d’affectation, ce dernier exclusivement dédié à l’activité professionnelle ce qui permet de séparer le patrimoine personnel de l’entrepreneur de son patrimoine professionnel.

Les avantages et limites de l’EIRL

Bénéficier du statut d’EIRL permet de protéger ses biens et limite la responsabilité aux biens attribués en faveur de l’entreprise, toutefois la déclaration doit être mise à jour en cas de changement sous réserve de responsabilité étendue en cas de problèmes. Le statut offre l’option d’opter pour une imposition de bénéfice concernant les impôts sur les sociétés et représente à une option pertinente pour les entrepreneurs dont les revenus sont sujets à des impôts sur le revenu. Ceci dit, la création d’une EIRL avec l’option d’impôts sur le revenu peut réduire les charges sociales en prévenant le calcul des cotisations sociales sur les bénéfices de l’entreprise mais s’applique sur le salaire prélevé par le fondateur.

Il faut remarquer que l’attribution du statut d’EIRL rend une association future impossible par rapport à la SARL, la crédibilité est aussi limitée du fait qu’il n’y a pas de capital social et peut représenter un frein au développement de l’entreprise. L’absence de simplification administrative oblige le créateur à avoir une comptabilité performante au sein de l’entreprise et doit déposer des rapports de comptes au niveau de la greffe du tribunal.

L’essentiel avant de choisir un statut d’EIRL

L’EIRL limite la responsabilité financière du créateur si l’entreprise est en faillite mais limite toutes possibilités d’association à l’avenir. Le statut est idéal pour tous les entrepreneurs ayant un projet bien défini et ne nécessite aucune aide de partenaires pour se développer.

La SAS et la SASU : des dirigeant assimilés salariés
La SA : un fonctionnement lourd qui nécessite au moins 7 actionnaires